Historique de l’association

Denis Magadoux

Le musée est né de l'initiative et du travail de bénévoles autour de Denis Magadoux et d'un souhait du colonel Guingouin partagé par de nombreux résistants et amis de la Résistance.

Denis Magadoux, passionné par les événements qu'il avait vécu et les valeurs qu'il défendait, se mit rapidement  à accumuler des documents et, plus tard, à les classer avec l'aide de son épouse. 

Denis ? Pas un hasard ! Son père, Firmin Magadoux, cachait dès le début de la clandestinité le responsable du rayon du Parti Communiste clandestin : Georges Guingouin, dans sa ferme à la Siauve, commune d'Eymoutiers. Il y recueillait régulièrement des maquisards à la recherche d'un abri  sûr. 

Denis, alors adolescent,  fut très vite immergé dans cette vie de résistant. Il fut, avec Fernand Lornac de Magnac-Bourg,  « Gavroche », le mousse qui rejoignit le groupe de Pierre Villachou, l'un des plus jeunes combattants du maquis de Georges Guingouin.

Les fondateurs

Denis fut entouré d'amis enthousiasmés par son projet : Gilbert Champaud qui assura la reproduction des documents et leur mise en page, Gérard Fontaine le photographe et René Verdier pour les encadrements auxquels viendra se joindre Thérèse Menot. Celle-ci, membre du réseau « Combat »  fut arrêtée sur dénonciation en janvier 1944,  déportée à Ravensbrück puis à Holleichen. Elle apporta à l'équipe son témoignage de Déportée mais et dépensa sans compter comme les autres fondateurs son temps et son argent pour la réussite du projet.

Georges Guingouin contrôla la précision du contenu des panneaux d'exposition.

La marche vers un musée

Que de péripéties ! Ce fut une véritable course d'obstacles mais l'ancien résistant ne désarma pas.

Son projet fut évoqué dans le Populaire du Centre du 29 juin 1982. Deux tableaux d'exposition furent présentés en juillet 1990 lors d'une commémoration des combats du Mont Gargan, puis quatre dans la commune Nedde. Enfin une exposition complète fut réalisée à Eymoutiers en 1992.

Finalement, c'est la commune de Peyrat-le-Château qui s'est proposée d'accueillir le musée dans trois salles de la « Tour ». D'importants travaux furent menés dans but durant cinq ans.

Entre temps l'équipe de Denis Magadoux est devenue officiellement Association des Créateurs et Amis du musée départemental de la Résistance de la 1ère Brigade de marche limousine (JO du 7/11/1993)  et organisa des expositions ponctuelles itinérantes à Saint-Junien,Limoges…

Le musée fut inauguré le 28 mai 1999. Hélas, en l'absence de Denis Magadoux, l'initiateur regretté du projet, décédé un mois plus tôt.

 « Denis avait trouvé et répertorié une documentation d'une richesse incroyable sur cette page d'histoire de notre Limousin » a pu dire Thérèse Menot , présidente départementale de la FNDIRP, lors de l'inauguration.

Georges Guingouin

img0321

Contact

Musée de la résistance de Peyrat

Notre actualité

Les camps d'internement de la Haute-Vienne

3 juin 2019

Les camps d'internement de la Haute-Vienne

En Limousin, des ensembles de baraques furent construits par l’armée dans l’avant-guerre pour organiser notamment l’évacuation des populations françaises habitant dans les zones de combats attendus. Mais la programmation de « villages alsaciens » tourna court parce que mal adaptée aux besoins, aux goûts et au niveau social des populations qui devaient en bénéficier. Les Alsaciens –Lorrains s’intégrèrent finalement, vaille que vaille par villages entiers aux bourgades limousines. Ce faisant, les militaires utilisèrent les implantations restées vides pour des transferts de troupes. Avec la déclaration de guerre, l’une d’entre-elles fut transformée en camp d’internement, à Saint-Germain-Les-Belles, en Haute-Vienne. Il retint différents...

Tout afficher